Skip to content

Geneviève Azam et Hervé Kempf

Samedi 14 novembre 2020, 18:45-20:00, Le Charolais Club

Les auteur.rice.s

Hervé Kempf est journaliste et écrivain, actuel rédacteur en chef du journal Reporterre, le quotidien de l’écologie. Farouchement anticapitaliste, il couvre notamment la lutte contre le projet d’Aéroport de Notre-Dame-des-Landes, et publie de nombreux ouvrages, comme Pour sauver la planète, sortez du capitalisme (Seuil, 2009), Comment les riches détruisent la planète (Seuil, 2014) ou Tout est prêt pour que tout empire. 12 leçons pour éviter la catastrophe (Seuil, 2017).

Geneviève Azam est économiste, maître de conférences en économie et chercheuse à l’université Toulouse-Jean-Jaurès. Elle est militante écologiste et altermondialiste au sein de l’organisation Attac France. Elle s’intéresse à l’économie sociale, solidaire, au néolibéralisme et aux autres manières de penser la propriété, l’échange, la coopération plutôt que la concurrence (Le temps du monde fini, les Liens qui libèrent, 2010). Les modes de gouvernance, la fragilité humaine et ses rêves de toute puissance, la dualité qui habite la pensée occidentale (Altergouvernement, Le Muscadier, 2012 ; Osons rester humain : les impasses de la toute puissance, les Liens qui libèrent, 2015) font aussi partie de ses préoccupations.

Les livres

Hervé Kempf, Que crève le capitalisme : ce sera lui ou nous (Seuil, 2020)

La catastrophe écologique est enclenchée, la crise du coronavirus a fracturé le monde entier. Un responsable : le capitalisme. En saccageant le service public de la santé, il a transformé un épisode grave mais gérable en désastre. En poursuivant la destruction des écosystèmes, il a mis en contact des virus mortels avec la population humaine. En aggravant les inégalités, il a plongé des dizaines de millions de personnes dans la misère.

Le gong avait pourtant déjà retenti lors de la crise financière de 2008. Mais plutôt que de se remettre en cause, les capitalistes ont formé un nouveau paradigme : l’avenir sera technologique, fondé sur la numérisation et l’intelligence artificielle. Il conduira à une nouvelle élite hybridée avec les machines. Et la masse de l’humanité sera rejetée dans le chaos climatique, au prix d’un apartheid généralisé.

Il faut rejeter cette vision mortifère. L’oligarchie est aujourd’hui une caste criminelle. On ne la convaincra pas, on la contraindra. Des stratégies de résistance sont nécessaires, possibles et nombreuses. Cet ouvrage est un appel à dépasser le fatalisme et à entrer en lutte.

Car le capitalisme vacille. Et c’est tant mieux : il est temps que s’ouvre le monde nouveau.

Geneviève Azam, Lettre à la Terre : et la Terre répond (Seuil, 2019)

Serions-nous accablés par les données chiffrées des désastres écologiques, soumis à l’administration des catastrophes et aux mirages d’un capitalisme vert, privés de notre univers sensible, au point d’assister passivement à une histoire « sans nous » et sans « nous », à un exil sans retour ?

Pour conjurer ce destin, Geneviève Azam écrit une lettre à la Terre. Comment une terrestre peut-elle s’adresser à cette correspondante étrange, vivante et sensible, blessée, à cette présence à la fois bienfaisante et menaçante, irréductible, à la Terre-mère, à la Terre-mémoire ? En disant l’effroi, les attachements réciproques, les histoires communes et les lueurs d’un soulèvement éthique et politique pour défendre son altérité et les mondes qu’elle abrite.

La Terre se rebelle. Elle menace, elle déjoue les « lois » de l’économie et sabote les projets d’une illusoire toute-puissance. Sa part sauvage réveille nos sens asphyxiés. Comment nous allier pour résister à ce monde injuste, dégradant et mortifère ?

La Terre répond aux terrestres avec un appel vibrant à désobéir et à défaire sans attendre ce qui menace la pérennité et la dignité de la vie.

Laissez un commentaire

Vous pouvez utliser ces tags HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Partager :



POUR NOUS CONTACTER : Le Felipé - MDA 18 – Boîte 9 - 15, passage Ramey - 75018 Paris contact@flpe.fr