Skip to content
ni or ni maitre

Ni or ni maître : montagne d’or et consorts

Goldoracle, QuedlaGold, Goldebois

Les éditions du Couac, 2019

Le projet de la Montagne d’or en Guyane n’est toujours pas définitivement à l’arrêt malgré les annonces de l’ancien Ministre de l’environnement en juin 2019 pour faire taire la contestation. Ce livre est là pour le rappeler et ne mâche pas ses mots pour dénoncer tout l’enfumage et les fausses promesses qui ne seront jamais tenues si ce projet voit le jour.

Cet ouvrage ne joue pas le jeux de la contre-expertise car il n’est pas là pour faire « modifier des virgules » de l’étude d’impact de la Compagnie de la Montagne d’Or (CMO) mais bien pour clamer haut et fort que le projet est, dans le désordre : « colonialiste », « inutile », « polluant », « mensonger », « empoisonné », « nuisible », « illusionniste » et bien d’autres mots souvent fleuris sortis de la verve assez agréable à lire des auteurices. Car celleux-ci apprécient utiliser les termes remplis d’euphémismes des prospecteurs eux-mêmes pour les tourner en dérision (« les experts sont essentiellement experts en vocabulaire ») et montrer que tout est sujet à entourloupe à la base même du projet : « zone à fort intérêt écologique susceptible de présenter un intérêt pour l’exploitation d’un gisement d’or primaire », la pose de panneaux solaires pour « limiter les impacts environnementaux », « les effets sur les espèces protégés pourraient être importants et durables », etc.

Le contenu ne se cantonne pas à critiquer les notions douteuses de l’utilisation de la synonymie de la part des défenseurs du projet et contextualise le projet dans la Guyane d’hier et d’aujourd’hui et ses relations avec ce qu’iels appellent la « nécropole » : le passé et le présent colonial de ce territoire, la place de la population autochtone, le chômage de masse, la mainmise du marché (le cours de l’or entre autres) et des entreprises privées sur l’économie, l’historique de l’installation du centre spatial de Kourou, les luttes sociales de 2017 pour demander une qualité de vie et un service public  (entre autres), etc. Agrémenté d’une courte histoire de l’or sur le territoire guyannais.

Il aborde également les différents rôles et démarches des opposants (Or de Question, WWF, EELV,…) au projet en mettant clairement en avant le point de vue de la Jeunesse Autochtone de Guyane (JAG) dont de nombreuses citations de discours appuient le propos.

Un chapitre aborde les techniques utilisés par la CMO pour convaincre les élus locaux à coups de « réunions publiques », chantage à l’emploi, de verdissement du discours à outrance. Aidé par Pôle Emploi pour fournir de la chair à explorer la mine, de société de sécurité pour protéger le lieu, et autres créations d’une licence aurifère à la Haute Ecole du coin. Tous les arguments sont démontés un à un avec aisance.

Un chapitre entier présente également les méfaits des différentes substances utilisées pour extraire l’or et polluer pour des décennies les sols, la faune, la flore, les travailleurs, les habitants et l’atmosphère (rien que ça).

Pour lutter contre ce genre de projet qui malgré ses gros défauts, mensonges et esbroufes diverses ne s’annulera pas tout seul ; Si les manifestations sur place et en métropole, les recours juridiques et la médiatisation, l’occupation du terrain et l’interpellation des différents acteurs à tous les niveaux sont utiles pour faire cesser l’industrie extractiviste dans son ensemble ; A toute fin utile, un inventaire des permis miniers en cours en France est fournie pour ceux qui veulent s’intéresser de plus près au sujet.

 

Le projet a fait l’objet d’une table ronde lors de l’édition 2019 du festival. Et l’année précédente une table ronde sur l’extractivisme s’était tenue.

 

Nous vous recommandons également sur le même sujet : la revue Z qui a consacré un numéro à la Guyane et un livre aux mines en général.

 

William

Laissez un commentaire

Vous pouvez utliser ces tags HTML:
<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

POUR NOUS CONTACTER : Le Felipé - MDA 18 – Boîte 9 - 15, passage Ramey - 75018 Paris contact@flpe.fr